Dernières parutions

  • Lundi 7 avril 2014 Johanne Morin (Cégep Limoilou) La classe inversée pourrait être pour vous! Johanne Morin a intégré la classe inversée à sa pratique. Non seulement celle-ci lui permet de dynamiser les interactions avec ses étudiants, mais aussi de valoriser les échanges et le partage en les plaçant au cœur de l’apprentissage de l’anglais langue seconde. Elle nous présente ici comment elle a réalisé cette intégration ainsi que les avantages et désavantages de la classe inversée.
  • Lundi 24 mars 2014 Luc Archambault (Cégep de Trois-Rivières) Réapprendre à enseigner par la classe d’apprentissage actif Luc Archambault est enseignant au département de littérature et communication du Cégep de Trois-Rivières. L’année dernière, il a commencé à enseigner dans une classe d’apprentissage actif. Ce faisant, il a dû modifier la manière dont il enseignait et ajuster la matière à l’étude. Si ce changement a pu être angoissant par moments, non seulement a-t-il eu une incidence positive sur la réussite étudiante, mais il lui a aussi fait redécouvrir le plaisir d’enseigner.
  • Lundi 10 mars 2014 Diana Bruno (Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec) Un lexique bilingue pour l’univers de la restauration Les étudiants formés au Québec pour travailler dans le secteur de la restauration doivent connaître une foule de termes techniques à la fois en français et en anglais. Diana Bruno, enseignante d’anglais langue seconde à l’ITHQ, est en train de produire un lexique bilingue qui permettra aux étudiants, aux enseignants et aux professionnels de l’industrie hôtelière de trouver les réponses à leurs questions liées à la terminologie de la restauration.
Liste des récits (226)

Récits

Lundi 24 janvier 2011 | Informatique 420

Des programmes, des téléphones et des robots!

Des programmes, des téléphones et des robots! Julie Frève Enseignante, Cégep Limoilou

Le récit de Julie Frève du 28 janvier 2008 « ALGO-ROBOT : l'apprentissage dans l'action » a connu un véritable succès d’estime.  Les lecteurs de Profweb ont applaudi les initiatives de l’enseignante que celle-ci a poursuivies et associées cette fois à la téléphonie cellulaire.

L’idée

Toujours dans un souci de permettre aux étudiants et étudiantes de faire des apprentissages dans des situations concrètes et sur des technologies actuelles, nous avons, en 2008-2009, grâce à l’appui de la Direction des études du Cégep Limoilou, réalisé un projet visant à mettre en œuvre la programmation et la communication avec des appareils cellulaires.

Lorsque j’ai présenté ce projet, j’étais convaincue que nous nous engagions dans un sujet d’avenir. Je n’avais toutefois pas pensé que le cellulaire connaitrait une telle explosion aussi rapidement1.

Qui aurait cru qu’en moins de vingt ans, ce petit appareil deviendrait indispensable et doté de plus en plus d’intelligence? Ces appareils qui changent notre vie auront besoin de personnel qualifié pour les programmer. Le Cégep Limoilou est prêt pour s’engager dans ces technologies et fait office de chef de file.

Les réalisations

Mon mandat consistait à intégrer la mobilité dans le cursus d’enseignement du DEC en Informatique autant dans la voie de sortie Gestion que Réseau. Je devais donc identifier les cours porteurs et ensuite développer des activités pédagogiques dans les cours ciblés. J’avais également une préoccupation de mettre à profit le cellulaire et le robot Lego que nous avions déjà intégrés à notre cursus lors d’un projet précédent.

Get the Flash Player to see this player.

Exemple d’une programmation d’un robot en langage Java réalisée par un étudiant

Tout le travail d’identification et de conception d’activités a été réalisé pendant deux ans et, cet automne, nous avons commencé l’intégration ce qui a permis d’enseigner les particularités des cellulaires dans quatre cours (gestion et réseau).

Get the Flash Player to see this player.

Exemple d’une animation conçue pour petit écran

Les étudiants et étudiantes ont donc réalisé différentes activités avec les téléphones cellulaires, en voici quelques exemples :

  • conception d’interfaces graphiques sur de petits écrans :

Les activités proposées permettent de présenter les meilleures pratiques en ergonomie des interfaces mobiles afin de concevoir des environnements interactifs conviviaux sur les plateformes mobiles actuelles. Les étudiants et étudiantes peuvent développer des stratégies pour construire des interfaces qui répondent aux particularités des téléphones cellulaires (taille de l’écran, écran tactile, etc.).

  • programmation de petites applications graphiques :

Ici nous nous intéressons à programmer de petites applications graphiques (calculatrice, jeu, utilitaire quelconque) destinées à être déployées sur un appareil cellulaire. Nos étudiants apprennent à programmer en Java pour produire des jeux ou de petites applications et en ActionScript pour produire des animations. La particularité est d’acquérir des notions spécifiques à la programmation sur mobiles de même que des éléments de langage propres aux applications mobiles.

  • programmation d’un jeu de cartes en réseau :

Il s’agit de programmer sur un réseau WiFi une application qui se joue en réseau. L’utilisation du WiFi en place du réseau cellulaire (GSM) n’a pas d’incidence sur le modèle de programmation. Cependant, la particularité est que les élèves doivent synchroniser des applications distantes afin que tous aient une image du jeu cohérente. Cela crée une classe de problèmes qui ne sont pas classiques dans notre programme (exemple : synchronisation « inter processus2 », machine d’état, etc.) et ajoute un volet supplémentaire à l’éventail de problèmes résolus par nos étudiants et étudiantes.

  • programmation d’une application permettant de contrôler un robot Lego :

Dans le cadre de cette activité, on associe la programmation du robot avec la programmation du cellulaire en leur permettant de se parler tous les deux. Le cellulaire joue le rôle de maître et contrôle le robot qui joue le rôle d’esclave. Les étudiants et étudiantes conçoivent des programmes permettant de programmer à la fois le cellulaire et le robot afin qu’une communication puisse s’établir entre les deux.

  • communication WiFi :

Dans notre vision, le téléphone est traité au même titre qu’un ordinateur. La communication avec les cellulaires ajoute une dimension inexistante jusqu’alors soit celle de l’itinérance. À l’infrastructure réseau filaire classique, on ajoute les extensions sans fil permettant de supporter l’itinérance. Nos étudiants et étudiantes apprennent ces particularités.

  • communication sans fil sécurisée :

Le plus gros problème que nous avons avec le réseau sans fil est d’assurer la sécurité des échanges qui y transitent. Avec les cellulaires, il devient primordial de garantir l’identité des intervenants et la confidentialité des données, c’est ce qui est développé avec nos étudiants et étudiantes.

L’ajout des cellulaires à notre cursus a demandé l’achat de téléphones et de bornes sans fil ainsi que des sessions de formation pour les enseignants sur la communication et la programmation des cellulaires.

En plus de préparer nos étudiants et étudiantes à des technologies actuelles, nos classes sont empreintes de dynamisme, car ces petits appareils ont l’attrait de la nouveauté et les activités imaginées suscitent la collaboration et l’enthousiasme.

Les technologies émergentes pénètrent-elles vos programmes de cours? Comment en vivez-vous l’impact dans votre département? Le téléphone intelligent a-t-il d’autres retombées3 dans votre discipline?

____________________________

1 En 2010, il y aura 5 milliards de téléphones mobiles sur la planète, selon l'Union internationale des télécommunications.
2 « En informatique, les communications inter processus (Inter-Process Communication ou IPC) regroupent un ensemble de mécanismes permettant à des processus concurrents (ou distants) de communiquer. » lit-on dans Wikipédia.
3 Nous vous suggérons la lecture de la chronique de Pierre-Julien Guay proposant une intéressante baladodiffusion sur le sujet.

Bookmark and Share

CommentairesRéagir au texte

  • Français
  • Anglais


Commenter, échanger ou collaborer Compléter les champs suivants (obligatoires*)
Nom :
Prénom :
Courriel :
Fonction :
Organisme :
Si autre :
Titre du message : *
Code de sécurité : *

(taper les lettres figurant ci-dessus en respectant leur case)
 
Message : * Insérer un lien :

Syntaxe pour créer un lien : [[titre|url]]