Dernières parutions

  • Lundi 7 avril 2014 Johanne Morin (Cégep Limoilou) La classe inversée pourrait être pour vous! Johanne Morin a intégré la classe inversée à sa pratique. Non seulement celle-ci lui permet de dynamiser les interactions avec ses étudiants, mais aussi de valoriser les échanges et le partage en les plaçant au cœur de l’apprentissage de l’anglais langue seconde. Elle nous présente ici comment elle a réalisé cette intégration ainsi que les avantages et désavantages de la classe inversée.
  • Lundi 24 mars 2014 Luc Archambault (Cégep de Trois-Rivières) Réapprendre à enseigner par la classe d’apprentissage actif Luc Archambault est enseignant au département de littérature et communication du Cégep de Trois-Rivières. L’année dernière, il a commencé à enseigner dans une classe d’apprentissage actif. Ce faisant, il a dû modifier la manière dont il enseignait et ajuster la matière à l’étude. Si ce changement a pu être angoissant par moments, non seulement a-t-il eu une incidence positive sur la réussite étudiante, mais il lui a aussi fait redécouvrir le plaisir d’enseigner.
  • Lundi 10 mars 2014 Diana Bruno (Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec) Un lexique bilingue pour l’univers de la restauration Les étudiants formés au Québec pour travailler dans le secteur de la restauration doivent connaître une foule de termes techniques à la fois en français et en anglais. Diana Bruno, enseignante d’anglais langue seconde à l’ITHQ, est en train de produire un lexique bilingue qui permettra aux étudiants, aux enseignants et aux professionnels de l’industrie hôtelière de trouver les réponses à leurs questions liées à la terminologie de la restauration.
Liste des récits (226)

Récits

Lundi 11 juin 2012 | Multidisciplinaire 000

L’apprentissage de la modélisation en physique

L’apprentissage de la modélisation en physique Louis Normand enseignant, Collège de Rosemont

Les enseignants du Département de physique du Collège de Rosemont ont adopté le langage de programmation VPython dans les cours de physique du programme Sciences de la nature et Sciences informatiques et mathématiques. L’objectif ultime est de mieux préparer les étudiants à des études universitaires en leur proposant des tâches concordant davantage avec la réalité des scientifiques d’aujourd’hui.

Simplicité de VPython

Python est un langage de programmation orientée objet que l’on trouve gratuitement dans Internet et reconnu pour son apprentissage facile et sa puissance [Sherer]. Il est d’ailleurs utilisé largement dans l’enseignement de la physique aux États-Unis [Chabay et Sherwood]. Il fait appel à plusieurs bibliothèques, dont VPython, qui permet de créer facilement des objets et de les déplacer dans un espace à trois dimensions.

Simulation du système Terre-Soleil à l’aide de la loi de la gravitation universelle

Pourquoi programmer?

La réalisation du but général Utiliser les technologies appropriées de traitement de l’information1 prévoit l’initiation à la construction et à la programmation d’algorithmes. La simulation de phénomènes en utilisant l’ordinateur occupe une place importante dans l’activité scientifique aujourd’hui : l’expérimentation permet d’établir ou de valider un modèle alors que l’utilisation de l’ordinateur permet de déployer un modèle pour reproduire un phénomène [Buffler].

L’implantation dans les cours de physique

La plupart des étudiants admis en Sciences de la nature n’ont aucune expérience de programmation. Pour assurer une transition en douceur, les enseignants du Département de physique ont choisi d’intégrer des activités de simulation avec VPython en commençant par le premier cours de physique. Par la suite, les étudiants sont appelés à réaliser des activités de ce type dans les cours suivants.

Simulation du mouvement d’une particule chargée dans un champ magnétique

L’installation de VPython

L’installation du langage est très facile. Celui-ci existe sous les plateformes Windows, Macintosh et Linux. Deux éléments doivent être téléchargés et installés sur l’ordinateur. Le service informatique des collèges peut facilement les installer sur les postes ou sur le réseau. Les étudiants peuvent également faire facilement l’installation sur leur ordinateur à la maison.

L’utilisation de VPython en classe

L’intégration des activités de simulation dans les cours peut se faire en remplaçant des laboratoires ou dans les cours théoriques. Au Collège de Rosemont, les enseignants ont choisi d’intégrer VPython dans les cours théoriques qui ont lieu dans la classe d’apprentissage actif où un ordinateur par deux ou trois étudiants est disponible [Kingsburry].

L’initiation des étudiants à VPython

Cette initiation dure entre 50 et 100 minutes. Elle peut prendre différentes formes :

  1. À partir d’une situation simple, les étudiants reproduisent au fur et à mesure les commandes expliquées par l’enseignant. Celui-ci circule ensuite dans la classe pour aider les étudiants. Rapidement, plusieurs étudiants arrivent à modifier des paramètres et à personnaliser la simulation.
  2. À partir d’une situation simple, les étudiants consultent un programme déjà fait et modifient les paramètres selon les explications données par l’enseignant.
  3. Une vidéo peut expliquer les rudiments de la programmation (fichier du programme).

Initiation à la programmation avec VPython

Par la suite, les étudiants conservent les exemples sur leur espace de stockage. L’essentiel n’est pas d’apprendre « par cœur » les commandes de programmation, mais bien d’initier les étudiants à la simulation de phénomènes en tant qu’activité scientifique. Au cours de la session, il faut laisser du temps aux étudiants pour acquérir une certaine aisance en leur proposant des activités de simulation de niveau de complexité croissant. Au début, ils ont besoin de rétroaction régulière tant sur le plan de la modélisation que sur la syntaxe. À la fin de la session, les étudiants deviennent plus autonomes et sont en mesure de résoudre des problèmes plus complexes qui peuvent servir de projets finaux.

Les avantages et les difficultés

La simulation de phénomènes par l’ordinateur permet aux étudiants d’améliorer leur compréhension des concepts scientifiques. Les étudiants reçoivent une rétroaction immédiate sur la validité du modèle qu’ils déploient par la simulation. Par exemple, lors d’une simulation d’un objet en chute libre, un étudiant remarque qu’au lieu de tomber, l’objet s’envole! Cette situation provient d’une erreur physique de signe dans l’accélération gravitationnelle. Cette rétroaction est plus difficile à obtenir lors de la résolution algorithmique. La réussite des diverses activités de simulation procure également chez les étudiants une grande satisfaction qui a une incidence positive sur leur motivation. Aussi, les situations proposées sont beaucoup plus authentiques.

La programmation procure aussi aux étudiants certaines frustrations! Ceux-ci réussissent rarement à simuler une situation du premier coup. Les erreurs de syntaxe peuvent dévier leur attention sur la production plutôt que sur les concepts et le processus de modélisation. Le temps consacré à la familiarisation au langage de programmation peut être un obstacle de taille dans un curriculum « chargé ».

Conclusion

L’utilisation de l’ordinateur comme outil pour déployer des modèles scientifiques est non seulement un but, mais aussi une activité essentielle du scientifique, en particulier du physicien. Le langage de programmation VPython est un outil facile à implanter et à utiliser dans le cadre des cours théoriques et des laboratoires. Bien que certains obstacles se présentent lors de l’apprentissage de la programmation et lors de la résolution de problème, des avantages importants ressortent comme une augmentation de la motivation des étudiants et une plus grande authenticité des situations proposées aux étudiants.

Proposez-vous de telles activités à vos étudiants? Quels en sont les impacts?

Bibliographie

_________________

1 Dans le programme Sciences informatiques et mathématiques, le but s’énonce comme suit : « exploiter les technologies de l'information et de la communication aux fins de la résolution de problème dans un contexte scientifique ».

Bookmark and Share

CommentairesRéagir au texte

  • Français
  • Anglais

La simulation et la programmation

L'utilisation de simulations interactives est très efficace pour l'enseignement des concepts en physique. Les simulations réalisée par Ahmed Boudjani sont bien faits. Bravo! Le récit de cette page propose plutôt aux étudiants de concevoir leur propre modèle. Les étudiants sont des créateurs et non plus de simples utilisateurs.

Louis Normand, Enseignant, Collège de Rosemont [2012-8-09]

L'informatique est un outil indispensable de la Physique

Désolé les liens ne sont pas sorti dans mon message; les simulations sont dans ce site: http://simulationphysique.aboudjani.ep.profweb.qc.ca/ Simulations de Physique

Ahmed Boudjani, enseignant, Collège de Maisonneuve [2012-6-22]

L'informatique est un outil indispensable de la Physique

Je suis tout à fait d'accord avec toi, Louis. L'informatique est devenue un outil indispensable de la Physique. Elle permet non seulement de mieux comprendre les phénomènes, mais en plus elle a un atout pédagogique indéniable en y ajoutant des éléments multimédia. Voici 2 modélisations que j'ai réalisées pour aider à mieux comprendre le plan incliné et le pendule:

Ahmed Boudjani, enseignant, Collège de Maisonneuve [2012-6-22]

Vérifions nos concepts!

Votre récit montre combien les TIC peuvent devenir des opportunités! Combien il doit être motivant pour un jeune de confronter sa compréhension des concepts de la physique à la réalité! Voilà ce que permet l’introduction de la programmation dans votre enseignement. Je vous félicite pour votre récit si bien structuré, offrant au pas à pas une méthode d’intégration que plusieurs professeurs de votre domaine ou de domaines connexes seront sûrement intéressés d’imiter!

Émilie Lavery, Animatrice (Profweb) et professeure de littérature et de français (Collège Édouard-Montpetit), Profweb [2012-6-12]


Commenter, échanger ou collaborer Compléter les champs suivants (obligatoires*)
Nom :
Prénom :
Courriel :
Fonction :
Organisme :
Si autre :
Titre du message : *
Code de sécurité : *

(taper les lettres figurant ci-dessus en respectant leur case)
 
Message : * Insérer un lien :

Syntaxe pour créer un lien : [[titre|url]]