Dernières parutions

  • Lundi 7 avril 2014 Johanne Morin (Cégep Limoilou) La classe inversée pourrait être pour vous! Johanne Morin a intégré la classe inversée à sa pratique. Non seulement celle-ci lui permet de dynamiser les interactions avec ses étudiants, mais aussi de valoriser les échanges et le partage en les plaçant au cœur de l’apprentissage de l’anglais langue seconde. Elle nous présente ici comment elle a réalisé cette intégration ainsi que les avantages et désavantages de la classe inversée.
  • Lundi 24 mars 2014 Luc Archambault (Cégep de Trois-Rivières) Réapprendre à enseigner par la classe d’apprentissage actif Luc Archambault est enseignant au département de littérature et communication du Cégep de Trois-Rivières. L’année dernière, il a commencé à enseigner dans une classe d’apprentissage actif. Ce faisant, il a dû modifier la manière dont il enseignait et ajuster la matière à l’étude. Si ce changement a pu être angoissant par moments, non seulement a-t-il eu une incidence positive sur la réussite étudiante, mais il lui a aussi fait redécouvrir le plaisir d’enseigner.
  • Lundi 10 mars 2014 Diana Bruno (Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec) Un lexique bilingue pour l’univers de la restauration Les étudiants formés au Québec pour travailler dans le secteur de la restauration doivent connaître une foule de termes techniques à la fois en français et en anglais. Diana Bruno, enseignante d’anglais langue seconde à l’ITHQ, est en train de produire un lexique bilingue qui permettra aux étudiants, aux enseignants et aux professionnels de l’industrie hôtelière de trouver les réponses à leurs questions liées à la terminologie de la restauration.
Liste des récits (226)

Récits

Mardi 25 mai 2010 | Techniques de gestion de bureau 412

Le portfolio : une application toute naturelle en bureautique

Le portfolio : une application toute naturelle en bureautique Raymond Marcil enseignant, Cégep de Rimouski

Au collège de Rimouski, l’usage du portfolio de présentation1 et son intégration dans la démarche pédagogique des enseignants font l’unanimité du département des Techniques de bureautique, option microédition et multimédia. Cette approche programme présente des bénéfices importants du point de vue de la motivation et de la formation des étudiants.

Historique de l’implantation

Depuis l’année 2000, mes collègues et moi travaillons à l’implantation d’un portfolio numérique des acquis et apprentissages, dans notre programme de bureautique. La mise sur pied par l’étudiant d’un tel dossier de présentation était en quelque sorte naturelle. L’usage des technologies informatiques va de soi dans le programme de Techniques de bureautique  qui est centré sur la production de documents administratifs de types très variés allant de la simple lettre au site internet informatif.

Page d’accueil des projets « Portoflios » du cégep de Rimouski

Le portfolio de synthèse

Le portfolio des étudiants permet d’allier les besoins d'évaluation du programme, en fin de formation, aux besoins de représentation des sortants. Le portfolio est une vitrine. Différents types de documents sont produits par les étudiants dans le cadre de leurs cours. À la fin de leur formation, nos sortants doivent intégrer dans ce dossier de présentation les meilleurs exemples de leur savoir-faire polyvalent.

Nous avons articulé notre activité de synthèse autour de cette production. Le cours 412-602-RK, Réalisation du portfolio professionnel, constituant l’un des cours porteurs de l’épreuve synthèse de programme, permet à l’élève d’élaborer les aspects visuels et graphiques du portfolio et d’apporter les dernières corrections aux documents qu’il y présente

Les attitudes développées par l’étudiant

Le portfolio2 enclenche un processus de responsabilisation3 de l’étudiant à l’égard de sa formation. L’élève devra conserver les fichiers des travaux réalisés dans les cours du programme et en faire le suivi. Nous leur suggérons des correctifs à apporter et les sollicitons en ce sens lors des remises.

Exemple de site réalisé par un étudiant du programme en partenariat avec un organisme régional.

Tout cela est fait dans l’intention qu’il atteigne le plus haut degré de réalisation, dans ses productions, correspondant également à ce qu’il peut offrir. L’étudiant devient, par la même occasion, responsable de la qualité finale du dossier de productions.

Les professeurs du programme ne corrigent donc pas les documents révisés par l’étudiant, parfois bien après l’évaluation. Les professeurs n’ont que suggéré au moment de la remise des travaux ou examens l’angle de révision à adopter, les correctifs à faire. Le reste appartient à l’élève. Il demeure parfois des fautes ou imperfections. Toutefois, si l’élève en fait la demande, nous observons les changements faits par l’élève et nous le conseillons.

Site non officiel du programme Techniques de bureautique réalisé par une étudiante de la cohorte 2010

Le projet en fin de parcours

À la dernière session, notre tâche consiste à guider les étudiants dans leur cueillette et dans l’édition finale de leurs documents. Ils doivent d’abord choisir dans l’ensemble de leurs productions (lettres, comptes-rendus, rapports administratifs, formulaires, annonces publicitaires, affiches, logos, dépliants, bulletins et journaux internes, manuels de procédures, manuels de formation, sites Web, etc.) celles qu’ils souhaitent retenir dans leur portfolio.

Puis, ils auront à unifier la présentation en créant une mise en page personnalisée. Finalement, avant de créer le cyberportfolio, les étudiants auront produit deux formats de celui-ci, l’un papier et l’autre numérique qui nous sera utile pour mettre en ligne le portfolio à la fin du projet.

À cet effet, le département a créé son propre site Web qu’il a développé avec le logiciel DreamWeaver. En 2005-2006, une étudiante y a collaboré en travaillant à son interface graphique. Le département, qui prend la responsabilité de faire une mise à jour annuelle du site, profite de l’hébergement offert par le collège de Rimouski qui en donne l’accès aux visiteurs par la page d’accueil.

L’unanimité de notre département pour cette approche pédagogique

L’autonomie est un objectif important de la formation en bureautique. C’est une des raisons pour laquelle nous maintenons dans notre programme ce mode incitatif de travail. Cette approche laisse à chacun des étudiants la liberté de mettre les efforts personnels qu’il désire fournir.

Le fait de servir d’outil de présentation chez les employeurs motive nos sortantes et nos sortants, ce qui les pousse souvent à se dépasser pour présenter un portfolio individuel de qualité très professionnelle. Le défi que tout le département se donne réside dans l’impératif de représentativité. Les portfolios doivent donner une indication authentique des possibilités de chacun de nos étudiants, être le reflet de leur potentiel, et ce, par leurs réalisations.

La page frontispice des portfolios de la cohorte 2010 où les étudiants sont en vedette.

Pour l’employeur, le portfolio offre un tour complet de la formation reçue. Il présente un regard riche sur l’employé potentiel qu’est l’étudiant. Les portfolios sont à l’image réelle de nos sortantes et sortants. Observez-en quelques-uns. Vous verrez leur diversité!

Enfin, terminons en soulignant l’effet de visibilité augmentée de notre programme. Nos étudiants disent avoir été informés de son existence grâce à notre site Web.  Les cyberportfolios permettent en effet de bien percevoir les objectifs poursuivis par le programme.

Nous vous invitons à commenter les initiatives du département de bureautique option microédition et hypermédia.

____________________________________________________

1. La chronique de Ginette Bousquet, publiée dans Profweb, permet de clarifier la classification des appellations empruntées pour le portfolio en fonction de leur usage.

2. L’un des dossiers de l’APOP_trajet, portant sur l’évaluation, traite du portfolio numérique. On peut auditionner l’entrevue avec Robert Bibeau, spécialiste dans le domaine des technologies éducatives, afin d’alimenter notre réflexion sur cet outil permettant de soutenir une démarche réflexive en éducation.

3. Cette responsabilisation accrue de l’étudiant dans ses apprentissages par la pratique du portfolio numérique a de multiples retombées fort favorables dont celle de prévenir le plagiat électronique, souligne Nicole Perreault, animatrice du Réseau REPTIC, dans sa chronique de 2008.

Bookmark and Share

CommentairesRéagir au texte

  • Français
  • Anglais

D'un projet, une réalité

Bonjour à l'ensemble de l'équipe Je travaillais dans votre beau collège au début de ce projet et je trouve emballant que vous ayez maintenu le cap vers votre objectif. Les étudiantes et étudiants de votre programme doivent apprécier de pouvoir compter sur leur portfolio pour démontrer leurs compétences aux futurs employeurs. Bravo!

Françoise Marceau, Directrice adjointe, Cégep@distance [2010-5-30]

Un récit très instructif

Merci Raymond pour le récit, il précise tous le cheminement qui a été fait par le département depuis le début des années 2000 pour une intégration du portfolio dans le programme de bureautique. Un merci aussi à Émilie Lavery, de Profweb pour sa précieuse collaboration à ce récit

Bruno Lavoie, conseiller pédagogique en technologie éducative, Cégep de Rimouski [2010-5-26]


Commenter, échanger ou collaborer Compléter les champs suivants (obligatoires*)
Nom :
Prénom :
Courriel :
Fonction :
Organisme :
Si autre :
Titre du message : *
Code de sécurité : *

(taper les lettres figurant ci-dessus en respectant leur case)
 
Message : * Insérer un lien :

Syntaxe pour créer un lien : [[titre|url]]