Dernières parutions

  • Lundi 7 avril 2014 Johanne Morin (Cégep Limoilou) La classe inversée pourrait être pour vous! Johanne Morin a intégré la classe inversée à sa pratique. Non seulement celle-ci lui permet de dynamiser les interactions avec ses étudiants, mais aussi de valoriser les échanges et le partage en les plaçant au cœur de l’apprentissage de l’anglais langue seconde. Elle nous présente ici comment elle a réalisé cette intégration ainsi que les avantages et désavantages de la classe inversée.
  • Lundi 24 mars 2014 Luc Archambault (Cégep de Trois-Rivières) Réapprendre à enseigner par la classe d’apprentissage actif Luc Archambault est enseignant au département de littérature et communication du Cégep de Trois-Rivières. L’année dernière, il a commencé à enseigner dans une classe d’apprentissage actif. Ce faisant, il a dû modifier la manière dont il enseignait et ajuster la matière à l’étude. Si ce changement a pu être angoissant par moments, non seulement a-t-il eu une incidence positive sur la réussite étudiante, mais il lui a aussi fait redécouvrir le plaisir d’enseigner.
  • Lundi 10 mars 2014 Diana Bruno (Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec) Un lexique bilingue pour l’univers de la restauration Les étudiants formés au Québec pour travailler dans le secteur de la restauration doivent connaître une foule de termes techniques à la fois en français et en anglais. Diana Bruno, enseignante d’anglais langue seconde à l’ITHQ, est en train de produire un lexique bilingue qui permettra aux étudiants, aux enseignants et aux professionnels de l’industrie hôtelière de trouver les réponses à leurs questions liées à la terminologie de la restauration.
Liste des récits (226)

Récits

Lundi 24 septembre 2012 | Philosophie 340

Le télévote : bien plus pédagogique que vous ne le pensez!

Le télévote : bien plus pédagogique que vous ne le pensez! Veronica Ponce Enseignante, Marianopolis College

On estime à un million1 le nombre de télévoteurs en usage aux États-Unis (2011). Il faut toutefois une seule des démonstrations de l’enseignante Véronica Ponce pour nous convaincre de ses usages polyvalents et des impacts directs sur la matière.

Quand cette matière suscite la discussion, c’est une véritable révolution qui s’opère en classe. Des distorsions sont éliminées, des faux jugements. La pédagogue doit parfois composer avec celui qui décide de se maintenir à contre-courant dans des positions parfois un peu embrouillées. Le travail de la philosophe n’en est que plus justifié.

Les télévoteurs en classe : pourquoi?

Voici mes principales raisons, en ordre d’importance décroissant.

  1. Déterminer le niveau de compréhension de la matière

    Un des usages les plus utiles est de pouvoir sonder la compréhension des étudiants en temps réel. On peut passer à une autre notion dans la confiance ou s’attarder davantage. C’est un réel avantage surtout lorsque l’on constate combien les étudiants ont des réticences à avouer leur incompréhension (par gêne ou abnégation)! On a beau les questionner, souvent ce n’est qu’à l’examen qu’on s’aperçoit qu’ils n’ont pas bien compris. Parfois, ils pensent avoir saisi alors que ce n’est pas le cas!

    On sait enfin ce qui a réellement été compris ou ce qui ne l’a pas été. Parfois, ce peut être la moitié du groupe qui a mal saisi la matière! Alors j’explique le concept ou la théorie autrement ou je demande à des étudiants qui ont bien saisi la matière de le faire.

    Habituellement, après la seconde explication, le concept est acquis. Les quelques étudiants qui sont encore confus sont invités à me rencontrer après le cours ou durant mes heures de bureau pour des clarifications.

  2. Évaluer les étudiants

    Pour m’assurer que mes étudiants lisent les textes au programme, je fais des tests de lecture. Les télévoteurs, lorsqu’ils sont assignés à des étudiants précis, peuvent être utilisés pour donner de tels tests. Et le temps de réponse peut être minuté.

    Extrait2 de la communication donnée lors du colloque de l’ACPQ (28 mai 2012)

  3. Connaître l’opinion des étudiants sur des thèmes controversés

    C’est utile pour déterminer les contenus à couvrir en classe. Je peux voir si cela vaut la peine de traiter le thème.

    La première fois que j’ai utilisé les télévoteurs, c’était pour une question portant sur l’homosexualité. Depuis ce temps, je traite toujours de ce thème que je ne croyais plus du tout controversé. J’ai compris par le télévote qu’il fallait encore faire de l’éducation à ce sujet.

    La discussion est également plus facile à tenir en classe avec des télévoteurs parce que les résultats affichés montrent que certains étudiants détiennent des appuis pour les positions qu’ils adoptent, ce qui leur donne le courage de les défendre publiquement. À l’opposé, les étudiants timides ou minoritaires apprécient beaucoup pouvoir se manifester de façon anonyme sans craindre le jugement des autres. Il reste que lorsqu’il s’agit d’opinions dont ils ont honte, cela reste toutefois difficile de leur faire expliquer verbalement pourquoi ils pensent ainsi.

    S’il est vrai que le télévote n'est pas une méthode infaillible par le fait que je ne reçoive que les réponses que mes étudiants sont prêts à me donner, il permet de développer plus de liens avec les élèves et de discuter avec eux à un niveau plus profond en abordant parfois des questions pour lesquelles leur point de vue n’est pas fixé.

  4. Évaluer l’effet de notre travail de conscientisation

    Les discussions en classe ont un impact sur l’opinion des étudiants et leur exercice de la réflexion. On peut l’observer en reposant une question suite à une étude plus approfondie d’un thème. Par exemple, mes étudiants sont généralement plus tolérants par rapport à l’homosexualité suite à notre étude de ce thème.

    televoteur

    Photo: Alan Wolf

  5. Connaître certains aspects de la vie privée des étudiants

    Il est important, particulièrement en philosophie, de pouvoir arrimer son enseignement aux réelles pratiques des étudiants. Cela est d’autant plus vrai pour les questions relevant de la vie privée.

    En étant informée, par exemple, des expériences sexuelles ou homosexuelles de mes étudiants, et de leurs opinions à cet égard, et même à l’égard de la pornographie, je lève le voile sur des réalités méconnues. Les réponses étonnent parfois! Par exemple, la consommation de la pornographie est plus importante que je ne le croyais chez mes étudiants, y compris ceux de sexe féminin. Cette information ne m’aurait pas été divulguée sans l’usage des télévoteurs! Les étudiants hésitants à s’exprimer le font dorénavant, car ils sont sous le couvert de l’anonymat. Ils apprécient eux-mêmes savoir si leurs pratiques sont minoritaires ou partagées et c’est pourquoi ils me réclament souvent que je pose certaines questions!

  6. Corroborer certaines des théories (sociologiques ou psychologiques) étudiées en classe

    Comme il est possible de compiler les résultats aux sondages d’une session à l’autre, on peut imaginer se servir des télévoteurs pour tester des hypothèses en sociologie. On doit, pour le moment, verser les résultats dans Excel.

Les inconvénients et limites

Les inconvénients mineurs concernent davantage la logistique (pile déchargée, bogue du logiciel ou de l’ordinateur). La réelle limite reste le suremploi qu’il faut éviter parce qu’il entraîne une baisse de participation des élèves. J’ai déjà traité du problème de fossé qui se crée parfois entre l’activité de télévote et la discussion ouverte. Cela reste encore un défi que l’enseignant doit toujours assumer!

Y a-t-il des situations où vous feriez usage du télévote?spirale


1 Hinderlie, S. Analysis of using clickers in higher education classrooms, case Study: The history of American Popular Music, Loyola University, New Orleans.

2 Seul un court extrait du brillant exposé paraît dans cet article.

Bookmark and Share

CommentairesRéagir au texte

  • Français
  • Anglais

Les usages pédagogiques du télévote : des activités prometteuses

Merci pour ce récit, Veronica. Les nombreux usages pédagogiques du télévoteur que vous présentez sont inspirants. Est-ce que vos étudiants vous ont fait part de leur appréciation de ce type d'activité ? Avez-vous observé un effet sur leur motivation ? J'ai bien hâte de lire les suggestions d'autres usages pédagogiques du télévoteur en classe. Merci encore et bravo !

Nicole Perreault, Animatrice, Réseau REPTIC [2012-9-24]

The pedagogical uses of the clicker : a heuristic approach

Thanks for this story, Veronica. The various pedagocical uses of the clicker you present are very interesting. How do your students appreciate this type of activity ? Did you observed an effect on their motivation ? I am anxious to read about other pedagogical uses of the clicker !

Nicole Perreault, Animator, Réseau REPTIC [2012-9-24]

Positive comments

I must admitt that this is the best post I've ever read about mixing technology and teaching. Congratulations Veronica!

Kim bosch, Marketing Director, Entente Canada-Québec [2011-10-21]

Commenter, échanger ou collaborer Compléter les champs suivants (obligatoires*)
Nom :
Prénom :
Courriel :
Fonction :
Organisme :
Si autre :
Titre du message : *
Code de sécurité : *

(taper les lettres figurant ci-dessus en respectant leur case)
 
Message : * Insérer un lien :

Syntaxe pour créer un lien : [[titre|url]]