Dernières parutions

  • Lundi 7 avril 2014 Johanne Morin (Cégep Limoilou) La classe inversée pourrait être pour vous! Johanne Morin a intégré la classe inversée à sa pratique. Non seulement celle-ci lui permet de dynamiser les interactions avec ses étudiants, mais aussi de valoriser les échanges et le partage en les plaçant au cœur de l’apprentissage de l’anglais langue seconde. Elle nous présente ici comment elle a réalisé cette intégration ainsi que les avantages et désavantages de la classe inversée.
  • Lundi 24 mars 2014 Luc Archambault (Cégep de Trois-Rivières) Réapprendre à enseigner par la classe d’apprentissage actif Luc Archambault est enseignant au département de littérature et communication du Cégep de Trois-Rivières. L’année dernière, il a commencé à enseigner dans une classe d’apprentissage actif. Ce faisant, il a dû modifier la manière dont il enseignait et ajuster la matière à l’étude. Si ce changement a pu être angoissant par moments, non seulement a-t-il eu une incidence positive sur la réussite étudiante, mais il lui a aussi fait redécouvrir le plaisir d’enseigner.
  • Lundi 10 mars 2014 Diana Bruno (Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec) Un lexique bilingue pour l’univers de la restauration Les étudiants formés au Québec pour travailler dans le secteur de la restauration doivent connaître une foule de termes techniques à la fois en français et en anglais. Diana Bruno, enseignante d’anglais langue seconde à l’ITHQ, est en train de produire un lexique bilingue qui permettra aux étudiants, aux enseignants et aux professionnels de l’industrie hôtelière de trouver les réponses à leurs questions liées à la terminologie de la restauration.
Liste des récits (226)

Récits

Lundi 1er novembre 2010 | Espagnol 607

Les chemins les plus charmants pour apprendre l’espagnol

Les chemins les plus charmants pour apprendre l’espagnol Matilde Asencio Enseignante, Cégep du Vieux Montréal

Viaje al pasado1 est un site2 d’apprentissage de l’espagnol souvent cité. En Allemagne, en Turquie, en Slovénie, en Hongrie, et tout autant en Espagne qu’en Belgique en passant par le Canada, on retrouve des professeurs et institutions d'enseignement de langues qui le proposent aux internautes pour la maitrise des principaux temps du passé que sont l’imparfait et le passé simple. En mai 2010, c’est plus de 35 pays qui le recommandent. C’est tout un parcours que font les auteures, et le CCDMD, par ce palmarès de navigation. Annie Desnoyers et Matilde Asencio envisagent même une trilogie3! Le CCDMD nous a déjà annoncé le second: El Camino de Santiago4 devrait paraitre bientôt.

Quels sont les trajets d’apprentissage jusqu’à présent proposés?

Les chemins du Mexique préhispanique pour Viaje al pasado , pourvu d’illustrations évocatrices, et ceux de Compostelle (Santiago de Compostela), pour El Camino de Santiago, avec plus de 400 photographies et une douzaine de vidéos, pour présenter ce chemin illustre de l’Espagne.

Le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle de la fenêtre du module Hacer el Camino > Caminar

Pourquoi de tels trajets?

Les méthodes d’enseignement de langue en général portent sur des situations de la vie quotidienne. Nos sites apportent une certaine nouveauté dans les expériences d’apprentissage. La culture des Aztèques est fascinante! Les pèlerinages à Saint-Jacques-de-Compostelle sont tout aussi mythiques! La curiosité des étudiants est éveillée par les univers narratifs que nous choisissons.

Ce sont mes étudiants qui m’ont d’ailleurs menée sur cette piste en me faisant part de leur plaisir de découvrir la culture du Mexique préhispanique tout en apprenant la langue.

Pourquoi avoir recours à un site interactif?
Les illustrations de la page principale comme celles de tout le site évoquent la richesse de la culture des Aztèques.

Dans Viaje al pasado, l’interactivité introduite sur le contenu narratif implique l’étudiant dans le processus de la lecture, comme dans Les histoires dont vous êtes le héros. J'ai été très impressionnée par À la rencontre de Philippe5, un matériel didactique interactif de français langue étrangère dont le scénario rappelle les films de Rohmer. Dans ce matériel, les choix que l'étudiant retient dans le fil des évènements modifient l'histoire. C’est de là que m'est venue l'idée d'introduire des aventures dans Viaje al pasado: los aztecas. Grâce à la machine à voyager dans le temps, l'étudiant se rend au Mexique, au tout début du 16e siècle, où il s’engage dans une quête d’un objet à récupérer: il doit choisir son parcours, ses rencontres et essayer de suivre les usages de l'époque, etc. Mais l’indispensable et inévitable moment de l’épreuve surviendra. Comme il ne connait pas la culture, il va se mettre les pieds dans les plats! Il commettra l’impardonnable erreur! Et pour échapper à la sanction de mort, il acceptera l'aide de Quetzalcóatl, le dieu protecteur des étudiants, qui le sauvera à la condition qu'il raconte ce qu’il vient de vivre. Et c’est là que l’exercice commence vraiment, car il va nous raconter son aventure, au passé. Et comme il a fait des choix, l'usage de la première personne devient significatif. S’il raconte bien son aventure, il pourra reprendre sa quête et terminer son aventure (et l’exercice!)

Comment avez-vous arrêté vos choix de thèmes grammaticaux?

Nous retenons les thèmes qui posent le plus de problèmes aux étudiants non hispanophones, en particulier, aux francophones.

Viaje al pasado se penche sur l'usage des temps du passé (imparfait ou passé simple) dans la narration. Lors du travail d’énonciation de l’étudiant, dans l’histoire de Coyolicatzin, par exemple, l’étudiant sera bien renseigné des circonstances des évènements (à l’imparfait); il devra formuler (au passé simple) quelle sera l’action principale. Les deux plans de la narration sont donc bien mis en relief par cet exercice. Le contexte d’usage du passé simple espagnol n’est pas l’équivalent du français. Les francophones, qui relèguent son usage à un emploi littéraire, l’utilisent trop peu ou trop mal en espagnol sous l’influence de la traduction littérale du passé composé français.

Le choix des thèmes grammaticaux suit le même principe pour El Camino de Santiago, qui concerne l’emploi du verbe « être » ou de certaines prépositions qui ont pourtant le même sens au départ dans les deux langues. Donnons l’exemple des prépositions « pour » et « para », ou « à » et « a »: ce n’est pas toujours au même moment qu’en français qu’on les utilise en espagnol.

Nous avons donc ciblé les erreurs des locuteurs francophones statistiquement significatives.

Quels autres bénéfices pédagogiques dégagez-vous de ces parcours individuels d’apprentissage?
La linguiste Annie Desnoyers, coauteure des deux sites développés.

Viaje al pasado: los aztecas et El Camino de Santiago offrent un matériel d’exercices exceptionnel en situation d’autoapprentissage par le soin apporté à la rétroaction. Dès le départ, Annie Desnoyers6 a joué un rôle fondamental dans le développement de l’aspect interactif de ces sites en insistant sur l’importance de fournir des rétroactions qui prévoient toutes les possibilités d’erreurs. Elle avait déjà travaillé en linguistique informatique dans l'industrie privée, pour le développement de produits de bureautique où la rétroaction à l’usager tenait compte de ce qu’il avait écrit. Elle a eu l’idée ensuite de voir comment intégrer cet aspect dans le matériel didactique, de là l'idée des rétroactions « personnalisées ». Viaje al pasado présente près de 6000 rétroactions aux exercices! Nous avons même engagé une ex-étudiante du Vieux-Montréal, Naïla Sinave, afin de nous aider à compléter cette partie du logiciel.

Voici un exemple des rétroactions pour l'un des verbes de la narration de l'aventure En busca de la esmeralda tallada:

Pour permettre à l’étudiant de progresser dans son exercice, la bonne réponse est fournie à la 4e erreur.

Pour El Camino de Santiago, l’élaboration de la rétroaction détaillée a été beaucoup plus simple. Les 780 kilomètres du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle traitent d'un matériel linguistique (localisation, mouvement, cause, but, etc.) dont les erreurs possibles sont plus restreintes.

De quelle manière suggérez-vous d’intégrer ces activités7 en classe?

Comme les activités sont individuelles, nous suggérons de les proposer en devoir. Il est bon de se garder le plus de moments possible en classe pour la pratique de la communication orale. Lorsqu’un laboratoire de langue est disponible, comme c’est le cas au cégep du Vieux-Montréal, nous pouvons exiger de l’étudiant qu’il y accomplisse un nombre x d’heures de travail hebdomadaire, heures comptabilisées, influant sur la note de participation recensée au bulletin. L’imposition de remise du tableau des résultats permet au professeur de contrôler le travail accompli.

Surveillez la publication prochaine de El Camino de Santiago et commentez les efforts des auteures à créer des environnements multimédias axés sur la découverte et favorisant l’autonomie. Faites-vous de même?

_________________________________

1 L’exerciseur Viaje al pasado: los aztecas, conçu pour les cours d’espagnol de niveau collégial (607), a été proposé en 2004 en une version cédérom et Web (diffusion gratuite sur Internet).
2 Nous vous invitons à consulter la présentation détaillée faite par les auteures que la revue Eurocall a traduite en anglais pour ses lecteurs.
3 Le troisième site, s’il est développé, sera conçu pour le 3e cours de niveau collégial, plus avancé, et s’intéressera à la maitrise du subjonctif.
4 L’hyperlien mène vers un article de Denis Chabot dans le Bulletin Clic présentant particulièrement bien les activités du site pédagogique.
5 Le programme de Gilberte Furstenberg, du MIT, conçu pour l’apprentissage du français oral met en scène Philippe et ses choix de vie au cœur de Paris.
6 Annie est aussi connue pour les fascicules qu’elle a produits pour le site Amélioration de la langue du CCDMD.
7 Un scénario pédagogique est proposé pour Viaje al pasado: los aztecas.

Bookmark and Share

CommentairesRéagir au texte

  • Français
  • Anglais

exercices pour apprendre le passé

J'utilise le Viaje al pasado dans mes cours de deuxieme niveau, j'adore!! tres recommandé.

Soraya Saba, chargée de cours, UQAM [2010-11-01]

Un site à recommander

Je connais bien le site Viaje al pasado: los aztecas; je l'ai fortement recommandé dans mon site web et dans mon mémoire de maîtrise.

Manon Larochelle, chargée de cours à la formation continue , Cégep Marie-Victorin et Collège de Maisonneuve [2010-11-01]

Viaje al pasado: exercices de renforcement et culture!

Ce site est extraordinaire, mais je n'utilise que les activités d'exercices que j'intègre dans mon cours d'espagnol II. Les étudiants font les exercices de conjugaison de verbes comme renforcement des apprentissages faits en classe. À mon avis, le logiciel est un outil excellent pour une personne qui apprend l'espagnol de façon autodidacte, elle peut elle-même contrôler le temps alloué aux activités, la progression de ses apprentissages, entre autres. Dans une classe en présence, la meilleure utilisation qu'on peut faire c'est pour renforcer les apprentissages et pour approfondir les connaissances historiques de la merveilleuse civilisation aztèque.

Yenifer Morales, Professeure d'espagnol, Cégep de Rivière-du-Loup [2010-11-01]


Commenter, échanger ou collaborer Compléter les champs suivants (obligatoires*)
Nom :
Prénom :
Courriel :
Fonction :
Organisme :
Si autre :
Titre du message : *
Code de sécurité : *

(taper les lettres figurant ci-dessus en respectant leur case)
 
Message : * Insérer un lien :

Syntaxe pour créer un lien : [[titre|url]]