Dernières parutions

  • Lundi 7 avril 2014 Johanne Morin (Cégep Limoilou) La classe inversée pourrait être pour vous! Johanne Morin a intégré la classe inversée à sa pratique. Non seulement celle-ci lui permet de dynamiser les interactions avec ses étudiants, mais aussi de valoriser les échanges et le partage en les plaçant au cœur de l’apprentissage de l’anglais langue seconde. Elle nous présente ici comment elle a réalisé cette intégration ainsi que les avantages et désavantages de la classe inversée.
  • Lundi 24 mars 2014 Luc Archambault (Cégep de Trois-Rivières) Réapprendre à enseigner par la classe d’apprentissage actif Luc Archambault est enseignant au département de littérature et communication du Cégep de Trois-Rivières. L’année dernière, il a commencé à enseigner dans une classe d’apprentissage actif. Ce faisant, il a dû modifier la manière dont il enseignait et ajuster la matière à l’étude. Si ce changement a pu être angoissant par moments, non seulement a-t-il eu une incidence positive sur la réussite étudiante, mais il lui a aussi fait redécouvrir le plaisir d’enseigner.
  • Lundi 10 mars 2014 Diana Bruno (Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec) Un lexique bilingue pour l’univers de la restauration Les étudiants formés au Québec pour travailler dans le secteur de la restauration doivent connaître une foule de termes techniques à la fois en français et en anglais. Diana Bruno, enseignante d’anglais langue seconde à l’ITHQ, est en train de produire un lexique bilingue qui permettra aux étudiants, aux enseignants et aux professionnels de l’industrie hôtelière de trouver les réponses à leurs questions liées à la terminologie de la restauration.
Liste des récits (226)

Récits

Lundi 15 novembre 2010 | Technologie du bâtiment et des travaux publics 221

Les ultimes agents de changement

Les ultimes agents de changement Carole Scheffer Enseignante, Cégep du Vieux Montréal

Des enseignants font maintenant l’usage du logiciel Revit dans leurs cours d’architecture. Le logiciel de modélisation 3D, utilisé en complémentarité du logiciel Autocad, le standard jusqu’à présent dans l’industrie, permet des manipulations1 multiples des informations du bâtiment utiles pour toutes les étapes du projet. L’Institut royal d’architecture du Canada et l’Ordre des architectes du Québec encouragent l’adoption de ces techniques connues sous le nom de BIM.

Le logiciel Revit2

Le logiciel Revit est un logiciel qui permet aux architectes de bâtir le modèle virtuel en 3D d’un bâtiment. Ce modèle est construit à l’aide d’objets et de composants paramétriques. Revit se distingue du logiciel Autocad qui utilise des données vectorielles ou linéaires pour le dessin de bâtiment.

Les possibilités qui en résultent sont nombreuses. Par exemple, dans le cas d’un mur extérieur de bâtiment, tous les matériaux peuvent être définis de façon très détaillée. Vous pouvez y insérer des objets (fenêtre, porte) et les déplacer à volonté. Lorsque vous dessinez les fondations, les quatre murs et le toit, vous pouvez évaluer la combinaison de l’ensemble et le matériel qu’il faut (combien de fenêtres, de mètres carrés de vitre ou de brique). Les renseignements quantitatifs peuvent être utilisés pour l’analyse des coûts ainsi que pour la préparation des devis techniques.

Cliquez pour agrandir l’image. Les dessins sont présentés avec l’autorisation de Stéphane Gagné

Revit constitue une méthode intégrale de conception et de documentation en raison du fait que tout est rassemblé en un seul fichier. Toutes les modifications apportées au projet par l’un des membres de l’équipe sont automatiquement intégrées dans le fichier maître. Ainsi en est-il du travail des consultants, tels les ingénieurs mécaniques et électriques. Revit intègre également les conduits et autres matériaux nécessaires aux ingénieurs mécaniques et électriques dans la conception du bâtiment.

Historique d’intégration

Le département de technologie de l’architecture du Vieux Montréal est l’un des premiers à avoir introduit dans ses cours cette méthode de conception et de documentation de bâtiments. Il est vite devenu évident que des changements s’imposaient dans notre programme.

Le département a pris connaissance de l’importance du logiciel quand les employeurs ont commencé à demander que les finissants du programme soient des utilisateurs compétents de cet outil. Il y a deux ou trois ans, même les étudiants ont commencé à nous solliciter.

Nous avons d’abord élaboré un cours d’introduction afin de présenter les concepts généraux de Revit, permettant ainsi aux enseignants de se familiariser avec le logiciel. Une formation de quatre jours a ensuite été offerte pour approfondir leurs connaissances. Lorsque les enseignants furent à l’aise avec les concepts de base, le plus difficile fut de décider à quel moment introduire cette démarche dans le programme d’enseignement.

Le logiciel a été intégré cette année, à titre de projet pilote, aux activités de la 5e session du programme, de façon à ce que les finissants, au printemps 2011, aient profité d’une année d’expérience avec Revit avant de se retrouver sur le marché du travail.

Le prochain défi sera de décider de son intégration dans d’autres cours d’élaboration de projets qui sont donnés plus tôt dans le programme. Le département a décidé d’introduire Revit graduellement dans ces cours et de maintenir l’usage du logiciel Autocad dans les cours de construction, où les détails en matière de dessin sont importants. Il est certain qu’une convergence s’établira entre les deux programmes. S’il est vrai qu’Autocad demeure le logiciel le plus utilisé sur le marché, Revit intègre aussi graduellement des fonctions d’Autocad. La fusion des deux logiciels pourrait survenir plus tôt qu’on le croit.

Cliquez pour agrandir l’image. Les dessins sont présentés avec l’autorisation de Stéphane Gagné

L’intégration dans le programme et les cours

Au Cégep du Vieux Montréal, pour accélérer le processus d’apprentissage relatif au logiciel Revit, nous développons une boîte à outils3 « clé en main » pour les étudiants (exemples de dessins et prototypes). Le département a même fait appel à un consultant pour l’adaptation du logiciel à notre contexte d’apprentissage. Il s’agissait d’éviter l’expérience négative vécue lors du début de l’enseignement d’Autocad.

Les prototypes de la boîte à outils comprennent des directives sur les éléments de dessin et des composants tels que les types de murs (ou d’autres éléments de construction). Comme sur le marché du travail, un technicien commençant à travailler dans un cabinet n’a pas à créer le système de dessins à partir de rien.

Un autre avantage de Revit est qu’il peut être utilisé au cours d’une phase très préliminaire de la conception, même s’il s’agit de travailler seulement les volumes. Vous pouvez par la suite ajouter des matériaux, de la lumière de façon à ce que cela ait la qualité d’une présentation. Une fois que vous avez établi la conception de base du bâtiment, vous pouvez sauvegarder le fichier et plus tard, le développer en différents dessins de travail.

Les étudiants développent la conception à peu près dans le même ordre qu’ils apprennent l’assemblage des composants dans les cours de construction. Ils créent les fondations en premier et établissent les lignes de références horizontales et verticales de la structure. Les semelles de fondation et les murs sont dessinés en fournissant des renseignements sur leur largeur et hauteur et ainsi de suite.

L’intégration dans la formation

Tous les départements d’architecture de niveau collégial vont éventuellement devoir adopter cette méthode d’élaboration d’un projet. Zoya Duba, coordonnatrice au département  de Technologie de l’architecture du Cégep Vanier, s’est montrée très intéressée à connaître le résultat de notre expérience d’intégration.

L’histoire toutefois se répète, les mêmes craintes ont été constatées lorsque le logiciel Autocad a remplacé le crayon et la table à dessin. Même si l’industrie est à la tête de cette nouvelle tendance, comme à l’époque de l’apparition d’Autocad, j’ai l’impression que les ultimes agents de changement seront nos finissants!

Les réalités du marché du travail ont-elles modifié votre enseignement? Constatez-vous des résistances? Les étudiants sont-ils de puissants moteurs de changement?

____________________________

1 À titre d’exemples, les vues en élévations et en perspective, sous forme de plan, de coupe sont très utiles.
2 D’importants projets de la région de Montréal, comme le CHUM, sont conçus à partir de Revit. Même les petits bureaux d’architectes l’utilisent, surtout en raison de l’accroissement de la productivité.
3 Il existe également bon nombre de livres disponibles sur le sujet, incluant des exercices.

Bookmark and Share

CommentairesRéagir au texte

  • Français
  • Anglais


Commenter, échanger ou collaborer Compléter les champs suivants (obligatoires*)
Nom :
Prénom :
Courriel :
Fonction :
Organisme :
Si autre :
Titre du message : *
Code de sécurité : *

(taper les lettres figurant ci-dessus en respectant leur case)
 
Message : * Insérer un lien :

Syntaxe pour créer un lien : [[titre|url]]