Dernières parutions

  • Lundi 21 avril 2014 Catherine Rhéaume (Cégep Limoilou) Dominique Thibault (Cégep Limoilou) Christine Veilleux (Cégep Limoilou) Des blogues pour le suivi individuel des étudiants : un tremplin pour des projets orientants Catherine Rhéaume, Dominique Thibault et Christine Veilleux enseignent le cours Explorer, en Tremplin DEC. Ce cours vise à permettre aux étudiants de valider leur choix de carrière et à les aider à développer des méthodes de travail et des habiletés technologiques. Pour pouvoir faire le suivi du cheminement de leurs étudiants, les trois enseignantes ont choisi d’utiliser des blogues individuels et elles y trouvent plusieurs avantages.
  • Lundi 7 avril 2014 Johanne Morin (Cégep Limoilou) La classe inversée pourrait être pour vous! Johanne Morin a intégré la classe inversée à sa pratique. Non seulement celle-ci lui permet de dynamiser les interactions avec ses étudiants, mais aussi de valoriser les échanges et le partage en les plaçant au cœur de l’apprentissage de l’anglais langue seconde. Elle nous présente ici comment elle a réalisé cette intégration ainsi que les avantages et désavantages de la classe inversée.
  • Lundi 24 mars 2014 Luc Archambault (Cégep de Trois-Rivières) Réapprendre à enseigner par la classe d’apprentissage actif Luc Archambault est enseignant au département de littérature et communication du Cégep de Trois-Rivières. L’année dernière, il a commencé à enseigner dans une classe d’apprentissage actif. Ce faisant, il a dû modifier la manière dont il enseignait et ajuster la matière à l’étude. Si ce changement a pu être angoissant par moments, non seulement a-t-il eu une incidence positive sur la réussite étudiante, mais il lui a aussi fait redécouvrir le plaisir d’enseigner.
Liste des récits (227)

Récits

Lundi 27 septembre 2010 | Anglais (langue seconde) 604

Motiver les apprentissages avec ESL Blues

Motiver les apprentissages avec ESL Blues Eifion Pritchard enseignant, Collège Édouard-Montpetit
Faire des mots mystères tout en apprenant les formes verbales!

Eifion Pritchard, professeur d’anglais au Collège Édouard-Montpetit de 1980 à 2006, fut l’un des premiers professeurs du collège à utiliser Internet dans son enseignement, en proposant à ses étudiants des activités de recherche sur la Toile. Nous étions en 1995; nous naviguions alors tous par modem et très peu de ressources éducatives étaient alors disponibles en ligne.

 

Ce n’est donc pas un hasard si ESL Blues s’est mérité le bronze d’Infobourg en 2000 dans le cadre du concours Enseigner avec le Web, un prix d’excellence remis aux pédagogues ingénieux « qui contribuent à faire du cyberespace un endroit où il fait bon apprendre »1. Nous retrouvons d’ailleurs ESL Blues au catalogue du portail de LangCanada.ca, animé désormais par l’Association canadienne des professeurs de langues secondes (ACPLS). Les commentaires des usagers de EnglishClub.com montrent combien l’organisme a vu juste, en mars 2010, en élisant ESL Blues meilleur site du mois.

 

Vers ESL Blues

Dès les balbutiements du Web, j’ai approché Internet comme un allié. J’ai ressenti l’intérêt pédagogique immédiat de la Toile. À cette époque, lorsque l’on proposait de développer du matériel pédagogique en ligne, on récoltait plus de réactions de méfiance que d’enthousiasme. Le Web était un lieu incertain; nous étions à mille lieues de le considérer comme une aire de travail naturelle, complémentaire à la salle de classe.

Ce qui ajoutait à la consternation et me donnait peut-être un air d’audace, c’est que je tenais à exécuter moi-même la programmation de mon matériel.

Ce n’est pas si complexe2.

Le tutoriel sur mon site est un indicateur de l’encouragement que j’adresse à mes collègues à faire de même. J’ai d’abord développé ces tests en combinant les langages JavaScript et HTML, puis j’ai adopté un peu plus tard Flash.

Le test « Asking questions/ What do I do? », un « as-you-write feedback », offre un bel exemple des défis de programmation que je me suis lancés, par la rétraction différenciée et instantanée, à l’écriture de voyelles et/ou de consonnes discriminantes.

Le test « What do I do? », portant sur l’usage de l’interrogative, illustre la qualité des rétroactions offertes dans ESL Blues.

Mon projet a suivi de peu la Réforme de l’enseignement de 19933 qui accordait une plus grande importance aux cours d’anglais dans la formation collégiale.

Mes collègues et moi avons été confrontés à des problèmes de réussite importants. Comme il était, dès la mi-session, pour plusieurs de nos étudiants, mathématiquement impossible, d’obtenir la note de passage à leur cours, il nous a fallu trouver une solution!

Nous avons adopté le principe de la double sanction. L’étudiant devait obtenir une performance de 60 % à l’examen final de synthèse et au total des activités évaluées. Nous pensions que cette mesure serait favorable au rattrapage scolaire.

ESL Blues : une mesure proposée aux jeunes francophones pour lutter contre les blues de l’insuccès

ESL Blues : un bassin linguistique pour se rattraper et y plonger!

L’instauration de la double sanction offrait des occasions nouvelles de reprise. Nous étions sur le chemin de l’investissement personnel, et de la réussite!

C’est beaucoup à cela que mes tests interactifs ont servi. Quantité d’étudiants ont pu consolider leurs acquis, sinon en faire, grâce aux heures personnelles d’étude qu’ils allouaient. Les étudiants imprimaient les résultats obtenus. De cette manière, nous pouvions reconnaître leur accomplissement et en tenir compte dans l’évaluation.

ESL Blues, c’est près de 200 exercices proposant des tests diagnostiques permettant d’établir une stratégie de révision, et une grande variété de questionnaires et de jeux (choix de réponse, jeux d’association, cartes à associer, réponses brèves, mots mystères, dictées chronométrées), des tableaux de révision4 et animations, des tests ciblés allant de points de grammaire à des problèmes de lecture5 (compréhension de courts textes écrits) ou de vocabulaire (sens des proverbes).

Exemple d’un exercice chronométré en cours, avec une rétroaction appréciée des étudiants, en fenêtre de gauche

ESL Blues, un site interactif pour les francophones

Les premiers exercices interactifs furent conçus pour les étudiants débutants. J’ai beaucoup profité de leurs commentaires au laboratoire de langues pour améliorer la clarté de mes tests et leur pertinence. Par la suite, je me suis intéressé aux  niveaux intermédiaire et intermédiaire avancé, répondant ainsi au désir de mes collègues.

Ces tests ont été pensés pour les francophones6. Pour cela, ils n’ont guère d’originalité stylistique et reproduisent, volontairement, des phrases de base courantes et des problèmes fréquents. Aussi les erreurs habituelles d’un francophone sont introduites et présentées comme telles (« Common Errors »).

Relevé des résultats indiquant que parmi les cinq erreurs répertoriées, quatre sont restées sans réponse; cela explique pourquoi une seule des phrases non résolues est recensée.

Certaines pointes d’humour ou des références culturelles ou historiques (Double Quizzes : Trivia and Grammar) sont parfois présentes dans mes questions.

Une édition 2010 d’ESL Blues?

ESL Blues a évolué au fil des ans. C’est pourquoi le langage de programmation utilisé s’est modifié. Je recommande les jeux-questionnaires plus récents7, en Flash, plus ludiques et d’une grande fiabilité d’usage.

Mes intérêts8 se tournent maintenant vers le iPhone et autres téléphones intelligents. Mes fréquents passages en Chine m’ont amené à constater comment les espaces mobiles d’apprentissage sont appréciés. Les jeunes font leur classe de langue dans l’autobus là-bas! Je pense à eux, lorsque je désire convertir ESL Blues9

Vous pouvez faire écho à l’admiration qui résonne dans ce reportage. Votre commentaire est attendu10!

_______________________________

1 Le jury a vanté l’immédiateté des rétroactions et l’interactivité des jeux.

2 Le Collège Édouard-Montpetit a accordé une aide financière précieuse libérant l’enseignant d’une partie de sa tâche.

3 Depuis 1993, dans les collèges francophones, la réussite de deux cours d’anglais seconde est obligatoire pour l’obtention du diplôme d’études collégiales.  La même imposition s’applique aux collèges anglophones pour les cours de français langue seconde.

4 La section «Common Errors Explained», sur la page d’accueil, interroge par exemple la différence entre «say» et «tell», «do» et «make», «must» et «have to».

5 L’énigme titrée « Broken Down Blues » a soulevé beaucoup d’intérêt.

6 Les nombreux courriels de visiteurs de pays francophones montrent que ce matériel leur est utile ; certaines universités en font usage.

7 Le langage de programmation est indiqué pour la plupart des exercices.

8 Il serait bon d’assurer la relève dans l’animation du site. Eifion Pritchard invite les professeurs intéressés à la programmation à communiquer avec lui.

9 Même les jeunes anglophones, ceux d’environ 12 ans, peuvent faire un usage bénéfique de plusieurs de ces tests.

10 Vous pouvez faire l’écoute de la courte entrevue réalisée en anglais avec Eifion Pritchard.

Bookmark and Share

CommentairesRéagir au texte

  • Français
  • Anglais

Félicitations!

Bravo Eifion! J'apprécie toujours tes créations innovatrices. Jane

Jane Petring, Professeure, Collège Édouard-Montpetit [2010-9-28]

Congratulations

Always at the forefront, Eifion. Right on about adapting ESL Blues to iPhones, iPods, iPads and all other smartphone technology. I know you will do it right. Reynolds

Reynolds Kanary, professeur d'anglais retraité, Collège Édouard-Montpetit [2010-9-27]

Congratulations Eifion !

Bravo Eifion pour la persévérance, le dynamisme et les nombreuses qualités pédagogiques qui t'animent. Tu es une source d'inspiration pour bon nombre d'entre nous. Une "ancienne" collègue, Nicole

Nicole Perreault, Animatrice, Réseau REPTIC [2010-9-27]


Commenter, échanger ou collaborer Compléter les champs suivants (obligatoires*)
Nom :
Prénom :
Courriel :
Fonction :
Organisme :
Si autre :
Titre du message : *
Code de sécurité : *

(taper les lettres figurant ci-dessus en respectant leur case)
 
Message : * Insérer un lien :

Syntaxe pour créer un lien : [[titre|url]]