Dernières parutions

  • Lundi 7 avril 2014 Johanne Morin (Cégep Limoilou) La classe inversée pourrait être pour vous! Johanne Morin a intégré la classe inversée à sa pratique. Non seulement celle-ci lui permet de dynamiser les interactions avec ses étudiants, mais aussi de valoriser les échanges et le partage en les plaçant au cœur de l’apprentissage de l’anglais langue seconde. Elle nous présente ici comment elle a réalisé cette intégration ainsi que les avantages et désavantages de la classe inversée.
  • Lundi 24 mars 2014 Luc Archambault (Cégep de Trois-Rivières) Réapprendre à enseigner par la classe d’apprentissage actif Luc Archambault est enseignant au département de littérature et communication du Cégep de Trois-Rivières. L’année dernière, il a commencé à enseigner dans une classe d’apprentissage actif. Ce faisant, il a dû modifier la manière dont il enseignait et ajuster la matière à l’étude. Si ce changement a pu être angoissant par moments, non seulement a-t-il eu une incidence positive sur la réussite étudiante, mais il lui a aussi fait redécouvrir le plaisir d’enseigner.
  • Lundi 10 mars 2014 Diana Bruno (Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec) Un lexique bilingue pour l’univers de la restauration Les étudiants formés au Québec pour travailler dans le secteur de la restauration doivent connaître une foule de termes techniques à la fois en français et en anglais. Diana Bruno, enseignante d’anglais langue seconde à l’ITHQ, est en train de produire un lexique bilingue qui permettra aux étudiants, aux enseignants et aux professionnels de l’industrie hôtelière de trouver les réponses à leurs questions liées à la terminologie de la restauration.
Liste des récits (226)

Récits

Lundi 22 mars 2010 | Travail social 388

Une méthode d’évaluation alliant rapidité, précision et chaleur humaine

Une méthode d’évaluation alliant rapidité, précision et chaleur humaine Sylvie Lavoie Enseignante, Cégep de Lévis-Lauzon

L’approche communicative que propose l’usage d’un commentaire audiovidéo numérique sied bien à une situation de formation faisant un usage répété de l’évaluation formative. L’expérience relatée par madame Sylvie Lavoie, enseignante du programme de techniques de travail social, au cégep de Lévis-Lauzon, en fait foi.

À quel moment avez-vous ressenti la nécessité de modifier vos pratiques de correction?

Il y a environ 10 ans. Nous venions d’implanter le nouveau programme. Une de ses recommandations touchait l’évaluation formative dont on encourageait la pratique soutenue. L’impact sur nos pratiques fut majeur. Je me suis mise à corriger les travaux une fois, deux fois, afin d’améliorer la réussite de mes étudiants.

Ça devenait tellement lourd que je suis allée en discuter avec notre conseillère pédagogique, Andréane Beaulieu, du collège. Nous avons d’abord tenté d’alléger les corrections par la confection de bonnes grilles d’évaluation qui éviteraient de réécrire inutilement des commentaires. Ces grilles ont amélioré les choses, mais cela restait trop ardu.

À force d’en discuter, nous avons pensé à l’enregistreur vocal numérique. Et nous l’avons adopté. Le média s’est avéré utile, mais un peu laborieux d’utilisation. Chacun de mes étudiants recevait deux documents : l’entretien audio et le texte évalué. Avec ce mode de correction, les commentaires ne s’inscrivent pas sur le texte durant l’écoute. Les réactions positives de la classe à ce type d’encadrement nous ont  cependant encouragés à persévérer en ce sens.

La correction audio ne devint un réel gain que lorsque nous avons pu l’associer à l’image.

Comment s’est opéré ce changement?

Le conseiller pédagogique TIC de mon collège, Richard Dubuc, m’a suggéré l’usage de Jing, un logiciel de capture d’écran vidéo dont on peut télécharger gratuitement une version d’essai. Avec cet outil, les commentaires et notations que l’on fait sur un travail affiché à l’écran de notre ordinateur sont saisis et enregistrés.

Jing a accompli une petite révolution! Nous allégions substantiellement notre temps de correction, et sa lourdeur! Jing crée des capsules audiovidéos qu’il est aisé de déposer dans le dossier personnel de l’étudiant. On peut aussi les expédier par courriel, le cas échéant. Les fichiers Jing, de la version gratuite du logiciel, portent l’extension .swf (Shockwave) lue par Flash et VLC média player. La version Pro crée des fichiers MPEG 4.

Dans quel cours cette procédure de correction vous a-t-elle été particulièrement utile?

L’emploi de l’enregistreur, d’abord vocal, puis audiovidéo, a été nécessaire dans le cours d’intervention sociale. Dans ce cours, les étudiants s’engagent dans un processus d’intervention à partir de situations fictives. Ils doivent imaginer une expérience complète d’intervention. Cette expérience de réflexion et de verbalisation est primordiale pour leur donner confiance en leurs capacités. La pertinence de la correction formative dans un tel contexte va de soi.

Précisons que parallèlement à ce travail réflexif de longue haleine, commenté à plusieurs occasions, les étudiants vivent une expérience de stage de deux jours par semaine.

Quels ont été les impacts de cette correction audionumérique?

La correction audionumérique est plus élaborée que celle que je pouvais produire auparavant dans le même temps, lorsque je corrigeais sur papier. Aussi les étudiants ont une plus grande idée de la qualité de leur travail, et ils apprécient cela. Je n’ai plus autant à me restreindre dans l’expression de mes commentaires. Lors de la remise, il n’y a pas d’ambiguïté dans l’interprétation des résultats. Je peux surligner, souligner, colorer, pointer, annoter le travail de l’étudiant à l’écran tout en commentant. L’émotion que j’y mets a un effet constructif.

Quelles sont les limites de cette procédure de correction?

Il n’y a pas d’inconvénient à mon avis, mais j’ai quelques conseils d’usage à donner.
Il faut d’abord tenir compte de la limite actuelle de la durée des capsules qui est de cinq minutes. Je peux toutefois en éditer une seconde au besoin.

Il faut donner des consignes claires concernant l’édition et la nomination du travail expédié pour évaluation, car il faut simplifier l’archivage des travaux dans le dossier personnel des étudiants. Ces dossiers peuvent être créés par le collège à même la liste de classe, et installés sur le serveur.

Il faut également rassurer les étudiants débutants, ceux de première année, qui sont souvent inquiétés par les exigences d’autonomie nouvelles du collégial. Certains ont peur des exigences techniques reliées à l’ouverture de la capsule. Ces craintes se dissipent rapidement à la première occasion. Finalement, tous mes étudiants ont adoré!

Exprimez vos questions et réactions, je me ferai un plaisir de les lire et d’y répondre.

Ne cherchez guère longtemps les raisons du succès de l’évaluatrice. L’énergie contagieuse de madame Lavoie n’y est pas étrangère.

Bookmark and Share

CommentairesRéagir au texte

  • Français
  • Anglais

Bravo Sylvie

Bravo Sylvie pour cette belle initiative! Je suis bien content de voir que tu as trouvé une solution à ton problème! Tu ne sauve peut-être pas de temps, mais au moins, tes commentaires doivent être beaucoup plus complets et utiles aux étudiants. Bravo aussi aux conseillers pédagogiques qui t'ont aidé dans ta démarche.

Philippe Aubé, directeur de projet, CEFRIO [2010-3-23]

5 minutes de gloire

C'est fou comme Jing, par sa grande simplicité et aussi par la rapidité avec laquelle il nous permet de mettre en ligne une capture vidéo (screencast), gagne en popularité. J'aime bien la limite de 5 minutes parce que c'est quand même long quand on y pense. Et 5 minutes de commentaires formatifs pertinents, c'est sans doute suffisant dans bien des cas. À ceux qui veulent le découvrir, je recommande ce tutoriel vidéo ou encore ce document très détaillé produit par l'APOP.

François Lizotte, Coordonnateur, Plateforme collégiale DECclic [2010-3-23]

Bravo! ... et une petite question

D'abord bravo pour votre enthousiasme et votre initiative. Julie Roberge, une prof de français de chez nous, utilise la correction audio depuis plusieurs années (elle utilise la correction en mp3, car elle ne pourrait pas se limiter à 5 minutes, même en plusieurs fichiers) et a écrit un rapport PAREA sur la correction des rédactions. Une question technique à présent. Comment envoyez-vous la vidéo à l'étudiant? Vous la mettez en ligne et vous envoyer le lien individuellement aux étudiants? Vous créez un fichier que vous envoyez individuellement en pièce jointe?

Nathalie Bastien, Conseillère pédagogique TIC, Cégep André-Laurendeau [2010-3-22]


Commenter, échanger ou collaborer Compléter les champs suivants (obligatoires*)
Nom :
Prénom :
Courriel :
Fonction :
Organisme :
Si autre :
Titre du message : *
Code de sécurité : *

(taper les lettres figurant ci-dessus en respectant leur case)
 
Message : * Insérer un lien :

Syntaxe pour créer un lien : [[titre|url]]